Nos médias

CRam17
4

RAMADAN : Le devoir d’aider… La joie de partager

Chère donatrice, cher donateur,

Quand une tragédie perdure dans le temps, quand des êtres humains souffrent tous les jours, il faut être présent pour leur porter secours.

Grâce à vos dons, le CBSP agit pour aider les familles palestiniennes vivant dans le dénuement total. Sans votre soutien, leur détresse serait encore plus grande…

Lire la suite

MFO
3

Palestine : Le CBSP, toujours là pour agir.

Le CBSP s’appuie sur la solidarité de chacun pour œuvrer sur le terrain. Ensemble, nous pouvons réaliser des projets importants qui améliorent la vie des familles palestiniennes. Voici l’interview du directeur, M. Mouloud Bouzidi parue aujourd’hui dans le Journal de la 34ièmeRencontre Annuelle des Musulmans de France qui s’est achevée le 17 avril dernier…

Lire la suite

jispp
1

« Palest’IN » : des talents palestiniens, des challenges au quotidien. (#JISPP)

« Palest’IN » : c’est la Palestine, vue de l’intérieur. Une Palestine talentueuse, ambitieuse et courageuse.

A l’occasion de la Journée Internationale de la Solidarité avec le Peuple Palestinien (JISPP), nous avons choisi de vous montrer la créativité, l’innovation et la passion de Palestiniennes et Palestiniens, qui, malgré la difficulté de la vie qu’ils mènent sur leurs territoires, produisent, créent et proposent des projets et initiatives louables. C’est une manière pour nous de rendre hommage à ce peuple dont la volonté d’aller en avant est plus forte que tout obstacle rencontré sur son chemin. Sous le blocus ou à l’intérieur des camps de réfugiés où ils vivent, ils expriment, de la manière qui est la leur, leur espoir, leurs ambitions et leur rêve le plus cher.

 

Portrait 1 : Samah Chahine, artisane menuisière (Gaza)

Samah, Palestinienne de 37 ans, est artisane menuisière de Gaza. L’exercice de sa passion vient à un moment difficile que connaît la région (le blocus). En effet, sa détermination est aujourd’hui la clé de sa réussite. De plus, son métier lui permet de se projeter dans cet avenir incertain et de subvenir aux besoins de sa famille.

 

Portrait 2 : Ahmad Ennahal, ingénieur agricole (Khan Younès- Gaza)

Ahmad Ennahal, ingénieur agricole palestinien, fait partie de l’équipe gazaouie (de Khan Younès) qui a inventé la Serre « Intelligente ». D’ailleurs, celle-ci peut être gérée et exploitée partout à distance, à travers un site Web. La volonté de son équipe d’innover n’a pas succombé aux conditions difficiles subies dans la région. Le projet voit le jour avec l’aide des ingénieurs de la Jordanie. Grâce à ce projet, le secteur privé local a pu se relancer.

 

Portrait 3 : Waèl Ziyadeh, artiste peintre (Gaza)

L’art palestinien a toute sa place dans chaque célébration de la Journée Internationale de Solidarité avec le peuple palestinien (#JISPP). Waèl Ziyadeh fait partie de ces artistes peintres engagés pour la cause palestinienne. Ses œuvres brossent la misère de ce peuple oublié et qui souffre sans être entendu ou vu. Elles prônent la paix et la liberté d’expression et dévoilent la détresse des habitants de Gaza. W. Ziyadeh participe aux événements culturels locaux et rêve de voir le message véhiculé par ses tableaux arriver à la communauté internationale.

 

Portrait 4 : Abdelmonaim Ettelbany, chirurgien cardiologue (Gaza)

Quand la population palestinienne subit une agression, on pense rarement à eux…
Abdelmonaim Abdallah Ettelbany est chirurgien cardiologue et spécialiste du cathétérisme cardiaque. Il travaille au complexe médical « Achifa’a » (la Guérison), au sein du service qui prend en charge les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires, dans la bande de Gaza. Grâce à sa compétence et à celle de son équipe, il a pu mener des opérations chirurgicales très rares dans le monde.

Portrait 5 : Safae Alabadsa, étudiante et artiste (Gaza)

Safae Anouar Alabadsa, 22 ans, étudiante en orientation pédagogique et artiste peintre palestinienne. Un talent découvert depuis le jeune âge et une artiste sensible à la souffrance humaine. La particularité de ses œuvres réside dans l’universalité du message qu’elles véhiculent. Pour elle, l’Humanité va mal et l’art est là pour en parler.

Portrait 6 : Adel Badr, écrivain & poète engagé (camp de réfugiés/Gaza)

L’écriture comme outil de résistance et le mot comme vecteur de l’aspiration à la paix. C’est ce que nous explique l’écrivain et poète palestinien : Adel Badr. Vivant dans l’un des camps de réfugiés à Gaza, il incarne par ses écrits la voix d’une population qui a tant souffert et qui rêve d’un jour meilleur.

Portrait 7 : pour une Palestine verte/Oussama Ramzi Essamak, ingénieur agricole (Gaza)

Gaza étouffe depuis 2007 à cause du blocus. La surpopulation est la plus élevée au monde. Elle suffoque non seulement sur le plan humain mais également sur le plan économique. Il n’y a pas assez d’espace pour l’agriculture.
Cela n’a pas empêché certains cadres de s’engager dans une nouvelle initiative, en exploitant les toits des bâtiments et les transformer en jardins : une première dans la région.
Oussama Ramzi Essamak (ingénieur agricole), travaille sur ce projet qui répond en grande partie aux besoins quotidiens des foyers palestiniens et qui participe à la diminution du taux de chômage dans la région.

Portrait 8 : T. Tabet et le coup de pouce pour la jeunesse locale (Gaza)

Tariq Tabet est palestinien. Il est directeur de programmes incubateurs d’entreprises au sein de UCAS. Cette structure permet aux jeunes palestiniens porteurs de projets de bénéficier d’un accompagnement personnalisé dans un environnement de travail très approprié, afin de les aider à réaliser leurs rêves professionnels les plus chers.

Portrait 9 : Mohannad Essaadouny, étudiant malvoyant, une histoire de réussite inégalée (Gaza)

La déficience visuelle n’a pas empêché l’étudiant palestinien Mohannad Essaadouny d’exceller et d’avoir les meilleurs résultats dans son lycée, à Gaza, après avoir réussi à obtenir un taux de 96,9%… Sa détermination à vaincre son handicap est un exemple frappant d’excellence et de confiance en soi.

Portrait 10 : Saâdia El-Kilani, femme au foyer (Gaza)

Elle est femme au foyer, grand-mère et témoin d’une époque où le vivre-ensemble et la bonne humeur étaient plus forts que toute différence qui pourrait diviser les citoyens. Son courage et sa bonté lui ont permis de nous faire cette confidence. Saâdia El-Kilani est palestinienne. Son talent est…d’être tout simplement palestinienne.

img
0

Gaza: l’éducation sous blocus

Les enfants et jeunes dans le monde entier viennent d’entamer une nouvelle année scolaire. Pour ceux de Gaza, l’enthousiasme et le sérieux sont bien au rendez-vous. Les études sont presque une échappatoire, pour eux, d’un vécu difficile sous blocus, aspirant à un avenir radieux illuminé par le savoir et les compétences.

 

Néanmoins, le système éducatif dans la bande de Gaza souffre d’infrastructure détériorées à cause de la dernière agression de 2014 qui, selon le Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires (United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs – OCHA), a détruit 26 écoles, endommagé 221 autres écoles et a touché au moins 11 établissements de l’enseignement supérieur. C’est dans des conditions pitoyables que la mission pédagogique et éducative des enseignants continue. Quant à certains écoliers, les traces de la guerre de 2014 sont toujours là suscitant traumatismes et abandons.

 

 

église+
4

Gaza : un exemple de tolérance religieuse !

A peu près 3.000 chrétiens vivent aujourd’hui à Gaza. De grandes familles chrétiennes s’y sont installées, et ce depuis des siècles. Elles cohabitent avec la population palestinienne de la région qui est majoritairement musulmane. Avec elle, elles partagent les mêmes souffrances, la même aspiration, les mêmes traditions et les mêmes coutumes. A Gaza, cette ville qui a connu des cauchemars et qui ne vit que grâce à l’aide humanitaire (80%), mosquée et église sont côte à côte. La religion ne divise jamais, quand la culture et le rêve existentiel rassemblent.

Témoignage.

Sanae Tarazi, une chrétienne fidèle, nous livre le secret des liens solides qui unissent les deux communautés.

 

Ab-Salmane
1

A Gaza où l’élevage des moutons se fait rare, le pouvoir d’achat régresse.

Abu-Salmane :guillemet0… La viande est un produit de plus en plus onéreux.guillemet

C’est grâce à l’investissement des ONG dans les coopératives agricoles que les agriculteurs ont pu continuer à travailler et à participer à la dynamique commerciale, dans la bande de Gaza. Après dix ans de blocus israélien, et face à la dégradation de la situation économique dans la région, nombreux éleveurs de moutons souffrent de la pénurie des moyens pour développer leur activité.

Abu-Salmane, un exemple de ces éleveurs de moutons, dont le regard est plein de contentement, aspire, néanmoins à une amélioration de ses conditions de travail. L’Aïd al-Adha (fête du Sacrifice) approche, les Palestiniens seront de nouveau confrontés à la rareté du produit et surtout à l’absence de moyens pour se procurer un mouton.

abu-sami
0

Être pêcheur à Gaza: plus qu’un métier, un héritage.

Abu-Sami :guillemet0…La récolte reste cette saison très faible.guillemet

Abu-Sami : un pêcheur Gazaoui passionné par son métier.

Les Palestiniens résistent à la dureté de la vie notamment dans la bande de Gaza où la vie semble de plus en plus impossible. Néanmoins, la mer permet encore à la population Gazaouie de subvenir à ses besoins et de profiter de la richesse maritime naturelle. Ceci dit, être pêcheur à Gaza n’est pas aussi facile, mais l’envie de préserver cet héritage renforce la passion d’en faire un métier.

Abu-Sami nous explique que la pêche est pour sa famille un héritage précieux; un héritage qu’il a vu s’éclipser jour après jour. En effet, sans sombrer dans le misérabilisme, il nous décrit comment les récoltes étaient énormes, comment elles sont devenues rares. Territoires à haute surveillance et travail avec les moyens du bord. Abu-Sami est l’image de ce Palestinien courageux qui continue à exercer son métier de pêcheur marin sans que les obstacles l’arrêtent. La rareté des récoltes maritimes ne décourage pas Abu-Sami dans son activité de pêcheur dans la bande de Gaza.

Alors, découvrez son portrait.

Interview.

-parrainage
0

Bilan d’actions 2015

Chaque année le CBSP met en œuvre des actions pour améliorer les conditions de vie des Palestiniens, notamment les plus démunis d’entre eux. Il est important de (vous) faire un retour à travers un bilan d’activité qui détaille l’ensemble des actions menées, le budget alloué et les projets réalisés.

Alors, vous pouvez télécharger dès maintenant notre bilan 2015.

bilan 2015

 

enfants
0

La dernière visite à Gaza

L’équipe du CBSP France a rendu visite au peuple palestinien de Gaza en 2013 . Elle lui a apporté des grains d’espoir, de solidarité et de consolation. Des dons ont été distribués sur place et des projets sociaux et médicaux ont été lancés. Le peuple de Gaza, lui, a répondu par une convivialité sans exemple.

Lire la suite

FemmEstime
0

« FemmEstime » : améliorons les conditions de vie des femmes palestiniennes (Salamnews)

 

Le 19 mars 2016 s’est déroulé un dîner solidaire qui s’est voulu aux couleurs de la Palestine, au sein du CBSP, ayant permis de s’arrêter sur les conditions de vie des femmes palestiniennes. « FemmEstime », cette année, a l’ambition d’améliorer le quotidien de 51 femmes vivant dans la bande de Gaza : une belle promesse d’espoir parsemée de gestes de solidarité pour elles, qui, même si elles sont dans le besoin, continuent de lutter dignement contre la dureté de leur vie.

« FemmEstime » pour l’amélioration des conditions de vie des femmes palestiniennes.

Pour participer à ce projet social, rendez- vous sur : https://www.helloasso.com/associations/cbsp/collectes/aidons-51-familles-pauvres-de-gaza

Consultez l’article de Salamnews

FE

 

 

12